Isabelle Pecheur


 

Sobukan Olen
Lid sinds: 16/02/2018

Wat was je motivatie om te starten met deze gevechtskunst?

J’avais 10 ans quand j’ai eu ma première expérience avec la Takeda.  A l’époque, j’avais trouvé attrayant le fait d’avoir une activité physique tout en apprenant à se contrôler.  J’avais vu un ami à son cours de judo, et l’art martial m’importait peu à l’époque.  Ce sont mes parents qui, en se renseignant sur les clubs de notre région, m’ont proposé la Takeda, vu qu’on y pratiquait principalement l’aïkido, et que ça leur semblait mieux adapté à mon caractère.  C’est ainsi que ma soeur et moi avons commencé à pratiquer ensemble.  

Elle a continué, tandis que j’ai abandonné à regret après la première année, au profit des cours de musique, qui prenaient de plus en plus de place dans ma vie.

C’est 10 ans plus tard qu’Alice, ma soeur, m’a convaincue de revenir dans la famille Takeda, devenue ISTB, à force d’en parler avec passion.  C’est la précision d’un art, perfectible sur toute une vie qui me motivait alors.  Et j’ai trouvé bien d’avantage que ce que je venais chercher.  Le goût de l’apprentissage des autres disciplines que l’aïkido, une philosophie de vie qui correspondait à mes valeurs, une famille bienveillante bien au delà des murs du dojo.  Mais le beau cadeau que m’a offert l’ISTB, c’est de m’avoir permis d’affronter des phobies très handicapantes dans ma vie, en apprenant à faire confiance à mon corps, puis par extension, à moi-même.  

C’est pourquoi, quand le Budokan d’Arlon a fermé ses portes, j’ai préféré, après plusieurs tentatives pour retrouver un dojo, d’arrêter les arts martiaux car je n’arrivais plus à me contenter d’un dojo monodisciplinaire dans lequel la précision de l’apprentissage n’était pas assez développée à mon goût.  Mais il doit être écrit quelque part qu’une fois qu’on a la famille Takeda dans son coeur, elle nous rappelle toujours à elle, car au bout de deux ans d’arrêt, je n’ai toujours pas réussi à en faire le deuil.  C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire une nouvelle page au sein de la Takeda Ryu Sobukan Olen.  Et vous savez quoi? Malgré les 250km qui la sépare de ma maison, elle en vaut largement la peine.

Vertaling:

I was 10 when I had my first experience with Takeda. At the time, I found it attractive to have a physical activity while learning to control myself. I had seen a friend in his judo class, and which martial art to practice did not matter to me at the time. It where my parents who, by learning about the clubs of our region, offered me Takeda, since we mainly practiced Aikido, and that it seemed to them better adapted to my character. That's how my sister and I started to practice together.
She continued, while I reluctantly gave up after the first year, in favor of music lessons, which took up more and more space in my life.

Ten years later, Alice, my sister, convinced me to return to the Takeda family, now ISTB, by talking passionately about it. It is the precision of an art, perfectible over a whole life that motivated me then. And I found much more than what I came looking for. The taste of learning other disciplines than Aikido, a philosophy of life that corresponded to my values, a caring family well beyond the walls of the dojo. But the nice gift I received from the ISTB is to have allowed me to face very disabling phobias in my life, learning to trust my body, then by extension, to myself.

That is why, when the Budokan of Arlon closed, I preferred, after several attempts to find a dojo, to stop the martial arts because I could no longer settle for a mono-disciplinary dojo in which the precision of the learning was not developed enough for my taste. But it must be written somewhere that once we have the Takeda family in our heart, she always reminds us of her, because after two years, I still have not managed to make it mourning. That's why I decided to write a new page in Takeda Ryu Sobukan Olen. And you know what? Despite the 250km that separates it from my house, it is well worth it.

 

 

Klik op de gewenste locatie voor meer info:

  1. Sobukan OLEN
  2. Sobukan HERSELT

 

Takeda Ryu Kobilza Ha   Takeda Ryu Kobilza Ha

Intranet - Sobukan Olen  TRSV - Facebook  TRSV - Youtube